Les tortues Luth du Gabon une espèce endémique

Les tortues Luth du Gabon une espèce endémique

Les tortues Luth du Gabon une espèce endémique 1148 765 Amazing GABON

Au Gabon, nous avons la chance d’avoir la plus grande population nidifiante mondiale, de tortues Luths. Les tortues Luth sont les plus grandes des tortues marines et aussi les plus impressionnantes à observer. Leur carapace est en fait molle avec l’aspect du cuir et comporte 7 carènes longitudinales et de nombreuses taches blanches. Un adulte peut avoir une carapace de 180 cm de longueur, une envergure avec ses nageoires de 270 cm et un poids de 500 kg. La plus grande tortue Luth mesurée avait une longueur de 2m91 et un poids de 916 Kg !

La tortue Luth se nourrit de méduses et autres invertébrés océaniques, qu’elle piège dans son œsophage grâce à des structures épineuses spéciales. Elles effectuent des plongées qui peuvent durer une heure et jusqu’à des profondeurs de 1 000 m ! En outre, cette tortue se nourrit même dans les eaux froides arctiques, car elle est l’unique reptile à posséder un système de thermorégulation. Les tortues Luth du Gabon sont presque toutes marquées grâce à des bagues en métal au niveau des nageoires.

Au Gabon, nous avons la plus grande colonie de tortues Luth au monde. C’est au Gabon chaque année entre les mois d’octobre et de mars le long de ses 800 km de côtes, que des milliers de tortues marines rentrent en période de ponte. Un spectacle qui attire les touristes sur certaines plages fréquentées par les tortues.

Plus de 15 000 nids ont été découverts pour 6 000 tortues enregistrées sur les sites de Pongara, à l’Ouest de Libreville, et sur les plages de Mayumba, au Sud du Gabon.

Choisissez une nuit de pleine lune, qui vous permettra de voir facilement les tortues et de commencer la recherche, vers la marée haute. Les tortues choisissent bien évidemment la marée haute pour pondre afin de laisser les oeufs hors de l’eau, et d’avoir moins de distance à parcourir pour la ponte.

Entre septembre et avril, chaque femelle revient 3 à 4 fois pour pondre, et ne reviendra sur la même plage que dans 3, 4 ou même 5 ans.
En se promenant sur la plage, on peut tomber sur une trace ondulante, qui correspond à la montée d’une femelle. On peut facilement la suivre jusqu’à son lieu de ponte qui est en général à une quinzaine de mètres de la mer. Elle commence donc à creuser un trou avec ses pattes arrières jusqu’à 80 cm de profondeur. Après la dépose des oeufs (une cinquantaine) elle va les recouvrir de sable, puis se déplacer de quelques mètres, pour remuer le sable, afin de leurrer des éventuels prédateurs. Après 1h ou 1 h 30 d’efforts, la tortue femelle, épuisée, regagne la mer pour repartir vers le large.

Après un mois et demi, les bébés tortues, de 10 cm environ, vont naître et essayer de regagner, pendant la nuit, la mer. Beaucoup d’entre eux, seront la proie des prédateurs aux aguets : les crabes en particulier. Mais l’arrivée à la mer n’est que le début de leur grande aventure qui verra seulement 1 tortue sur mille, atteindre l’âge adulte ! Les requins et les autres carnivores éclairciront les rangs des nouveaux-nés.

Le Gabon héberge le long de ses côtes, cinq des huit espèces mondiales de tortues marines, notamment la tortue Caouanne, la tortue verte, la tortue Luth, la tortue caret et la tortue olivâtre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA